Sexe doux le sexe kabyle

25-12-2017

Fitte sex nakne damer bilder

Comments Off on Sexe doux le sexe kabyle


sexe doux le sexe kabyle

Ainsi, selon Ibn Khaldoun: Au service de cette cause, ils font la conquête de l'Ifriqiya, puis de l' Égypte [ ]. Une fois établis en Égypte, les Fatimides laissent aux Zirides , famille alors à la tête de la confédération sanhadja, la charge de défendre le Maghreb contre les tribus zénètes , alliées du califat de Cordoue. La nouvelle dynastie s'installe en Ifriqiya. Par la suite, sa branche hammadide s'en détache et prend le contrôle du Maghreb central , qu'elle place en sous l'obédience abbasside.

En , à leur tour, les Zirides d'Ifriqiya reconnaissent la légitimité du califat de Bagdad et rompent avec le chiisme [ ]. En représailles, les Fatimides envoient les Arabes Beni Hilal au Maghreb, qu'ils leur donnent en fief [ ]. En , pour mieux se protéger des attaques hilaliennes, mais aussi mieux tirer parti d'une évolution des échanges favorable au commerce méditerranéen, les Hammadides construisent sur le site de Saldae la ville de Béjaïa.

Ils y déplacent leur capitale, précédemment établie à la Kalâa des Béni Hammad , fondée soixante ans plus tôt dans le Hodna [ ]. C'est à travers elle, par l'intermédiaire du mathématicien italien Fibonacci , venu y étudier, que les chiffres arabes et la notation algébrique sont diffusés en Europe [ ]. Certains deviennent des saints vénérés par la population locale, comme Sidi Boumédiène , dont le nom est encore honoré dans le Maghreb contemporain. Cependant la tolérance envers les non-musulmans est réelle, comme en témoigne la correspondance entre le sultan hammadide Al Nacir et le pape Grégoire VII [ ].

C'est à proximité de Béjaïa que se rencontrent vers Abdelmoumen , alors jeune étudiant dans la cité, et Ibn Toumert , réformateur religieux qui en a été expulsé, dont il devient le disciple avant de prendre à sa suite la tête du mouvement almohade [ ]. Renversant les royaumes en place, la dynastie qu'il fonde rassemble sous une autorité unique le Maghreb et une partie de la péninsule Ibérique [ ]. L'espace compris entre Béjaïa, dans l'orbite du pouvoir hafside de Tunis , et Dellys, jusqu'où s'étendent depuis Tlemcen les possessions zianides, devient enjeu de rivalités entre les deux royaumes.

Au cours des deux siècles suivants, les États maghrébins, en conflit permanent, font venir en renfort tantôt des mercenaires européens, tantôt les tribus arabes, jusque-là cantonnées plus au sud.

De plus en plus affaiblis par leurs rivalités et les batailles de succession internes, ils finissent par laisser se constituer dans les villes principales des centres de pouvoir pratiquement autonomes, tandis que les campagnes sortent de tout contrôle [ ].

Les pourtours ouest, sud et est des montagnes kabyles, plus ouverts, sont les plus rapidement touchés. À l'approche de l'an , seule la confédération centrale, celle des Zouaouas, maintient encore son existence.

Elle a perdu ses terres des Hauts Plateaux mais hérite d'une partie de celles de ses anciennes voisines, dont elle accueille les réfugiés. Dès lors et au cours du siècle qui suit, son autonomie se consolide sur un territoire compris, d'ouest en est, entre les oued Boudouaou et Agrioun , et de la Méditerranée jusqu'à une ligne joignant Sidi Aïssa à Sétif [ 95 ].

En témoigne leur mobilisation pour défendre le Béjaïa hammadide contre les Almohades, puis aux côtés de ses Hafsides tentant de s'affranchir de ceux de Tunis, ou contre les incursions zianides, mérinides et, pour finir, espagnoles [ ].

En , sur la lancée de la Reconquista , les Espagnols s'emparent de Béjaïa et organisent à partir de cette position des razzias dans l'arrière-pays. Le deuxième se constitue sur les terres des Belkadi, descendants du juriste Al Ghobrini [ note 15 ].

Le dernier s'implante à une trentaine de kilomètres de Béjaïa, dans la vallée de la Soummam [ ]. La Kalâa devient la nouvelle capitale des habitants des environs de Béjaïa quand, après la prise de la ville, ils cherchent protection à l'intérieur des terres.

Le site, ancienne place forte hammadide et étape sur l' abrid n'sultan , a été retenu par Abderahmane, prince bougiote, pour des raisons de sécurité. Initialement alliée des Hafsides , la dynastie s'en émancipe. Abdelaziz, petit-fils d'Abderahmane, prend le titre berbère d' amokrane. Sous son règne, la Kalâa gagne en importance: Plusieurs tentatives sont menées [ ] dont l'une, en , le Siège de Béjaïa dont malgré l'échec, Arudj Barberousse reconnut le courage des Kabyles [ ] , ainsi qu'une autre vers , qui donne l'occasion à Ahmed Belkadi , prince alors au service des Hafsides, de s'illustrer à la tête de combattants venus de la côte de Béjaïa et de Jijel [ ].

Elles échouent toutefois à déloger les occupants espagnols [ ]. Ahmed Belkadi s'établit alors chez les Aït Ghobri , d'où sa famille est originaire, et prend la tête du royaume de Koukou [ ] , qui durera deux siècles [ ].

Béjaïa n'est définitivement reprise aux Espagnols qu'en lors de la bataille de Béjaia [ ] , par la pression combinée du corsaire Salah Raïs Pacha , agissant pour le compte de la régence d'Alger , et des royaumes tribaux [ ] , [ ]. Entretemps les Hafsides ont été évincés de leurs possessions, en Kabylie comme dans tout l'Est algérien.

Ils s'y heurtent à la résistance de la population, qui s'organise en Grande Kabylie autour du royaume de Koukou, et de celui des Aït Abbas dans les Bibans et la vallée de la Soummam [ ]: Il y règne plusieurs années avant d'être à son tour vaincu par Khayr ad-Din, allié aux Aït Abbas. Abdelaziz, sultan des Aït Abbas, est quant à lui tué en au cours d'une bataille contre les Ottomans: En Petite Kabylie , le royaume des Aït Abbas se maintient pendant toute la période de la régence d'Alger.

Après quatre mois d'hostilités, les Français abandonnent la ville assiégé par les troupes Ottomanes et Berbères: La Régence verse un tribut pour le passage de ses troupes, dignitaires et commerçants. C'est dans l'Algérie d'alors le seul endroit où le pouvoir makhzen paye un tribut à des populations locales insoumises [ ] , [ note 16 ]. Ne pouvant soumettre directement l'ensemble de la région, la Régence joue sur les rivalités de clan pour asseoir son influence et percevoir des impôts de certaines tribus.

Globalement, les royaumes kabyles, qui bénéficient d'une certaine reconnaissance internationale représentations diplomatiques en Espagne, notamment , contribuent à maintenir l'autonomie de la région [ ]. Conséquence durable de l'intervention ottomane: Les commerçants kabyles sont très présents dans la ville, qu'ils ravitaillent avec les produits agricoles et artisanaux de leur région [ ].

Pour contrebalancer le pouvoir des janissaires , de nombreux corsaires et miliciens de la Régence sont recrutés localement, notamment parmi les Kabyles. Le dey Ali Khodja s'établit dans la Casbah, sous la protection de soldats kabyles, pour imposer son autorité face aux janissaires [ ]. La famille d' Ahmed Bey , dernier bey de Constantine , mène une politique d'alliance matrimoniale avec les Mokrani et d'autres familles de la région [ ].

Toutefois les conflits ne cessent d'émailler les relations entre les royaumes kabyles et la régence d'Alger. En les tribus des Bibans et de Béjaïa se soulèvent et s'emparent du caïd de la ville. L' agha Yahia, chef militaire de la Régence, ne parvient pas à soumettre la région [ ]. En , les Français se lancent à la conquête de l'Algérie. Au début, l'expédition est dirigée contre Alger.

Mais très tôt, les envahisseurs cherchent à occuper l'ensemble du pays, notamment la Kabylie contre laquelle sont dirigées plusieurs expéditions. Les tribus kabyles combattent sur tous les fronts, d'Alger jusqu'à Constantine. Mis à part les renforts envoyés à la bataille de Staoueli , leur premier contact avec les troupes françaises a lieu en , près de Médéa , où Ben Zamoun mène au combat les hommes des Iflissen [ ]. Béjaïa , passée sous le contrôle de la tribu des Mezaïa après la chute du dey d'Alger , connaît plusieurs incidents avec des navires français et anglais.

En , deux expéditions visant à lui imposer comme caïd un dénommé Mourad, puis un certain Bou Setta, sont mises en échec.

Une nouvelle expédition aboutit en à la prise de la ville, après une résistance intense de ses habitants. Cependant les Français ne parviennent pas à en conquérir les alentours [ ]. En , la vallée du Sebaou est conquise, puis la partie de la Petite Kabylie comprise entre Collo et Jijel , soumise en mai et juin par Saint-Arnaud [ ]. En Haute Kabylie, Lalla Fatma N'Soumer , issue d'une famille maraboutique, prend la tête de la résistance à la conquête [ ].

Le cherif Boubaghla en est une autre figure. Originaire de Miliana , arrivé en Kabylie vers pour prôner la guerre sainte contre les Français, il mobilise principalement les tribus du versant sud du Djurdjura, une partie des Aït Abbas pourtant en traité de paix avec la France et les Aït Mellikeche. Après une campagne infructueuse dans la vallée de la Soummam et un échec à reprendre Béjaïa , il franchit le Djurdjura pour se joindre aux forces de Lalla Fatma N'Soumer, notamment pour la bataille du Haut Sebaou.

De retour dans la région des Aït Mellikeche , sa troupe de partisans fortement diminuée, il finit par mourir au combat, le 26 décembre , contre une troupe française dirigée par le général Camou [ ]. Les années qui précèdent celle-ci sont marquées par un mécontentement général: Après la révolte des Mokrani, ces actions, d'après l'analyse d'Alain Mahé [ ] , prennent le caractère d'une politique de destruction de l'identité kabyle: Des missionnaires chrétiens y mènent des campagnes d'évangélisation jusque dans les villages les plus reculés.

Le droit coutumier berbère y est globalement maintenu, alors qu'il est aboli en pays chaoui au profit du droit musulman. Enfin, l'enseignement en français y est relativement courant jusqu'au certificat d'études, alors que partout ailleurs, c'est la scolastique coranique, en arabe classique , qui est favorisée [ ]. C'est alors une immigration qui ne se disperse pas dans la société française, mais semble au contraire se regrouper en reproduisant la structure des villages traditionnels [ ].

Nombreux sont les Kabyles à participer à la création, en , de l'Amicale des instituteurs indigènes, tout comme plus tard à celle, en , de l'Association des oulémas algériens, dont les médersas serviront de support à la diffusion des idées nationalistes.

En , parmi les émigrés qui fondent l' Étoile nord-africaine , 5 sur 8 des premiers dirigeants sont originaires de Kabylie [ ]. La région est touchée de plein fouet par les événements du 8 mai Certains sont éliminés, d'autres, sous la menace de l'exclusion, se rallient à l'orientation alors dominante [ ]. C'est aussi, avec les Aurès , l'une des plus touchées par la répression, du fait de l'importance des maquis et de l'implication de ses habitants.

Bastion de l'ALN, la région est aussi le lieu de certaines des plus marquantes de ses victoires, comme la bataille de Bouzegza [ ]. Cependant la mobilisation de la région résiste à la répression des populations civiles destruction des ressources agricoles, pillage, fouille et destruction de villages, déplacement de populations, création de zones interdites, etc.

Après la mort d'Amirouche le 29 mars et sous l'impulsion de ses successeurs Abderrahmane Mira puis Mohand Oulhadj , la wilaya III se réorganise en éclatant ses grosses unités en formations plus petites et en rapatriant les moussblines agents de liaison avec la population dans les maquis. Après le plan Challe, les femmes prennent petit à petit un rôle accru: En , l'ALN parvient à occuper plusieurs postes militaires français [ ]. Ben Bella prend le pouvoir mais ses relations avec la wilaya III restent tendues.

En octobre , il obtient de Mohand Oulhadj un accord autorisant le déploiement de l' ANP Armée nationale populaire sur le territoire de la wilaya et entraînant la dissolution de la plupart de ses unités [ ].

Sur le plan politique, la Kabylie est régulièrement le cadre de mouvements de contestation du régime d'Alger. Jusqu'en , l'ANP mène dans la région une répression qui fait plus de quatre cents morts [ ]. D'autres affrontements ont lieu à Tizi-Ouzou et Alger en et [ ]. Accompagné en de la création d'un nouveau parti, le RCD Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Sadi , le réveil culturel s'intensifie en réaction au durcissement de l' arabisation que connaît l'Algérie dans les années [ ].

En juin et juillet , la région s'embrase à nouveau après l'assassinat du chanteur Lounès Matoub et à l'occasion de l'entrée en vigueur d'une loi généralisant l'usage de la langue arabe dans tous les domaines [ ] , [ ].

La révolte touche les régions kabylophones des wilayas de Bouira , Bordj Bou Arreridj , Sétif et Jijel , parties intégrantes de la wilaya III historique, mais restées jusque-là relativement à l'écart du mouvement identitaire [ 13 ]. Le gouvernement est conduit à négocier avec le Mouvement citoyen des Aarchs , mobilisé autour de la plateforme d'El Kseur: Toutefois, en , le tamazight est reconnu en tant que langue nationale [ ].

Créé en juin par Ferhat Mehenni , le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie MAK prône depuis l'autodétermination de la région [ ]. Les sept wilayas où s'inscrit le périmètre Thenia - Sétif - Jijel totalisent une population d'environ six millions de personnes [ note 17 ] , [ ] dont, suivant les estimations, de trois à trois millions et demi de kabylophones [ 49 ]. Le reste des populations kabylophones de la région se répartit sur la moitié est de la wilaya de Boumerdès , la moitié nord de la wilaya de Bouira , le nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj , l'ouest de la wilaya de Jijel, et le nord-ouest de la wilaya de Sétif.

Les Kabyles contemporains font partie du vaste ensemble des héritiers des premiers Berbères , dont les origines ont donné lieu à une multitude d'hypothèses.

Les données archéologiques et linguistiques disponibles ne permettent pas de trancher mais elles établissent suffisamment l'ancienneté et la continuité de la présence des Berbères dans leur espace actuel pour qu'on puisse les qualifier d'autochtones [ ].

La question de l'origine des hautes densités montagnardes kabyles divise encore les historiens. Aux extrêmes s'opposent la thèse d'un peuplement dense très ancien, antérieur à la présence romaine, et celle d'un afflux tardif, consécutif à l'arrivée des Arabes [ ].

Toutefois, un relatif consensus se dégage sur plusieurs points. La présence de populations dans l'ensemble de la région, dès l'époque romaine au moins, paraît également attestée, le seul point encore en débat portant sur le peuplement du territoire relativement restreint, mais aussi le plus densément peuplé, que constitue le massif Agawa.

Les traditions locales paraissent corroborer l'hypothèse d'une dualité historique du peuplement kabyle. Jusque vers , la base de l'économie régionale reste une arboriculture de montagne dont l' olivier et le figuier constituent les deux piliers [ ]. Les productions céréalières sont l'apanage des quelques propriétaires de terres de fond de vallées mais, après la révolte de , celles-ci sont confisquées au profit des colons.

Quant à l'élevage, principalement caprin, quelquefois ovin ou bovin, il est limité par l'exiguïté des sols disponibles pour les pâturages [ ]. Avant la conquête française, l'une des principales sources de revenus extra-agricoles est constituée par l'artisanat et en particulier la fabrication des armes , le travail du bois et le tissage.

La perte de l'indépendance entraîne la fermeture des fabriques d'armes et la confiscation des forêts. Le tissage se maintient jusqu'à nos jours grâce à la demande persistante de burnous et de couvertures de laine mais a largement perdu de son importance économique. Beaucoup d'activités artisanales ont disparu et celles qui subsistent, comme la bijouterie , apparaissent très menacées [ ]. L' émigration est l'autre grande source de revenus complémentaires de la Kabylie précoloniale.

Elle s'étend alors à toute l'Algérie et à une partie de la Tunisie, tout en conservant très généralement un caractère temporaire. À la suite de la colonisation, qui en élargit le champ à la métropole française, elle devient un phénomène massif. Les équipements de base des villages comme les routes secondaires, les écoles, les bibliothèques, la rénovation des puits, l'entretien des moyens d'irrigation et les mosquées ont souvent été financés avec les revenus de l'émigration.

Dans les pays d'accueil, les immigrés reconstituaient les assemblées de village tajmaat pour décider des projets pouvant bénéficier à la population. Cette dynamique explique que les villages kabyles aient su résister dans une certaine mesure à l'émigration massive de leurs habitants [ ]. L'aide de la diaspora constitue toujours un facteur de dynamisme.

En même temps, les fonds ainsi apportés, collectés et gérés par les assemblées villageoises accentuent l'autonomie des villages kabyles [ ]. Après l'indépendance, la région connait divers plans de développement économique. Le secteur privé, qui est alors délaissé par les politiques publiques, correspond le plus souvent à de petites unités de production, dans l'agroalimentaire ou les produits de construction, destinées au marché local ou régional [ ]. Dans les décennies suivantes, en raison de divers facteurs dévaluation de la monnaie, fragilité des structures financières, prix administrés, etc.

De la même façon, les grandes entreprises publiques, dépendantes des mesures de soutien de la demande, souffrent de la contraction de celle-ci à la suite de la dévaluation du dinar et de l'augmentation des charges d'exploitation. Les années voient émerger un secteur privé dynamique.

La création d'entreprises augmente, l'activité se diversifie vers des domaines technologiquement complexes et, fait nouveau, de grandes entreprises privées de dimension internationale se constituent [ ]. Sur le plan sectoriel, l'agroalimentaire connait dans la région un certain développement, avec la constitution d'une multitude d'unités de production de produits laitiers et de glaces, mais aussi l'implantation d'usines de grands groupes comme Cevital ou la société d'eaux minérales Ifri.

Traditionnellement prédominante, l'agriculture de montagne perd de la place au profit de l' industrie manufacturière locale, plutôt située vers les Hauts Plateaux, et de l'industrie agro-alimentaire. Par ailleurs, la Kabylie fournit une grande partie de l'eau potable aux régions fortement urbanisées qui la bordent à l'est et à l'ouest [ ].

Pourtant les limites du développement régional se traduisent par un chômage endémique important, qui frappe en particulier la jeunesse. L' organisation sociale kabyle a connu des évolutions au cours de son histoire, tout en préservant certains de ses traits.

La société pré-coloniale reposait sur un ordre lignager et sur l'imbrication les unes dans les autres de plusieurs structures sociales: Cette organisation hiérarchisée comporte des exceptions: La confédération est une structure souple, les notables des tribus confédérées se réunissant pour gérer les événements exceptionnels, comme les conflits armés.

Le rôle politique des confédérations prend fin avec la colonisation et le maillage administratif de la région. Les quelques confédérations qui subsistent, comme celle des Aït Iraten , n'ont plus de rôle d'identification sociale [ ].

Les premiers, qui détiennent un rôle politique de premier plan, le voient totalement anéanti après la révolte de L'influence religieuse des seconds, quant à elle, perdure mais se trouve amoindrie par la présence française.

Les unités sociales les plus restreintes survivent mieux aux bouleversements historiques. L'institution qui l'administre, la tajmaât assemblée villageoise dispose à la fois des pouvoirs politique, administratif et judiciaire. La tribu aussi présente des éléments de cohésion sociale forts territoire, sanctuaires, marché, solidarité en cas de guerre, etc. Dans un premier temps, les autorités coloniales garantissent le respect du fonctionnement du village, de son assemblée et de la tribu.

Cependant, au fur et à mesure des remaniements administratifs, la tajmaât perd de ses prérogatives officielles, tout en continuant parfois de les exercer officieusement. L'assemblée villageoise gère avec grande liberté les affaires locales, exerce les pouvoirs de police et jouit auprès de la population de plus d'autorité que les agents assermentés par l'administration française. Les qanun font même l'objet d'un renouvellement, signe d'une activité réelle de l'institution [ ].

Après l'indépendance du pays, toujours en marge des structures officielles que sont les assemblées populaires communales , les tajmaât se maintiennent, avec des prérogatives érodées. Elle mettent à contribution tous les citoyens, émigrés compris.

Mais ne gérant plus que les travaux d'utilité publique voirie, eau potable… , souvent pour pallier les insuffisances des institutions officielles, ou bien des manifestations culturelles comme le sacrifice d'automne timechret , elles souffrent alors d'un certain anonymat.

Le réveil identitaire berbère va leur donner un nouveau souffle et inverser la tendance historique. Les villages kabyles possèdent tous au moins une des trois structures: Au cours des années et , le renouveau identitaire va parfois jusqu'à la restauration des tribus et de leurs conseils.

C'est le cas des Aït Djennad , Aït Bouaddou , Illoulen Ousammer , qui réglementent les cérémonies et les dépenses effectuées lors des célébrations mariages, circoncisions et retours de pèlerinage , avec des sanctions prévues. Lors du Printemps noir de , les tajmaât et les comités de village servent d'ossature à la revendication identitaire et de cadre politique à la mobilisation, se substituant aux partis politiques.

C'est dans leur cadre que s'organisent les marches, la réquisition des moyens de transport et la solidarité avec les victimes de la répression. En , le mouvement désigné comme le Mouvement citoyen des Aarchs marque aussi le retour dans la société de la tribu. Comme la langue , la société traditionnelle kabyle cherche à négocier son rapport au changement pour assurer sa pérennité [ ].

Les Kabyles font partie des Berbères Imazighen. Leur langue, le kabyle taqbaylit , parlée par la grande majorité de la population [ 49 ] , est une variété du berbère tamazight. En Grande Kabylie et dans la partie de la Petite Kabylie où le kabyle prévaut, il est la langue maternelle et quotidienne de la presque totalité de la population [ 49 ]. Là où populations kabylophones et arabophones sont en contact, un bilinguisme kabyle- arabe algérien est pratiqué de part et d'autre [ 49 ].

À Béjaïa et à Tizi Ouzou , où la population urbaine traditionnelle était majoritairement arabophone, l'exode rural qui a suivi l'indépendance a généralisé la diffusion du kabyle [ ]. Quant à l' arabe littéral , son emploi est cantonné au système d'enseignement et aux administrations de l'État central [ 49 ]. En pratique, c'est plutôt le français qui est employé pour les usages écrits ou savants et, de façon presque exclusive, dans le commerce et la publicité [ ].

Si le territoire de Grande Kabylie compte peu d'habitants de langue maternelle arabe , Basse et Petite Kabylies ont été davantage arabisées. En Basse Kabylie, l'arabisation remonte à la période ottomane. À cette époque, des terrains de la région ont été concédés à quelques familles d'origine turque ou arabe ainsi qu'à la tribu des Iamriwen , constituée d'aventuriers et de proscrits des autres tribus kabyles [ ].

En même temps que la garde et l'usage des terres de plaines, ils recevaient de leurs commanditaires un cheval avec la charge de tenir en respect les populations avoisinantes. Toutefois, on a assisté depuis à une rekabylisation partielle de ces territoires [ ]. Si Jijel et ses environs étaient déjà arabisés, vers l'intérieur il n'y avait pas encore de rupture territoriale entre les parlers kabyle et chaoui.

Aujourd'hui le Guergour est à moitié arabophone et le Ferdjioua , en totalité. La religion majoritaire est l' islam sunnite. La région lui a fourni jusqu'à nos jours des représentants éminents, comme Abderrahmane Chibane , qui a été président des oulémas algériens [ ]. Comme dans la plus grande partie de l'Algérie, les musulmans suivent en Kabylie la doctrine malékite.

Leur pratique religieuse présente toutefois plusieurs particularités. Ainsi la fête de l' achoura appelée localement Taâchourt se voit donner une importance spéciale, qui renvoie peut-être au chiisme des Fatimides [ ]. Le mouvement des marabouts et celui des zaouïas ont aussi imprimé leur marque. Comme l'a écrit Mouloud Mammeri:. Historiquement, l'islam maraboutique s'enracine dans la tribu, structure fédérative qui a en permanence besoin de forces capables de modérer les rapports en son sein. À l'époque, la déliquescence des États centraux et les intrusions chrétiennes espagnoles en Afrique du Nord amènent à un état de confusion général parmi les musulmans.

Le mouvement maraboutique, essentiellement spirituel et mystique à l'origine, se donne alors un rôle temporel et politique, en réponse aux attentes des populations. Cependant, contrairement à d'autres endroits du Maghreb, ce processus n'aboutit pas, en Kabylie, à la prise du contrôle politique de principautés par les marabouts. Ainsi les royaumes de Koukou et des Beni Abbès ne sont pas dirigés par des lignées maraboutiques et les tribus maraboutiques n'ont pas non plus de rôle prépondérant, sur le plan politique, dans la région.

C'est dans le domaine du fiqh , la jurisprudence, que les marabouts développent leurs compétences. Leur action modératrice complète le rôle de la tajmaât , vrai centre du pouvoir politique et lieu d'élaboration des qanuns , les lois et règlements qui s'appliquent à tous. Les zaouïas apparaissent ainsi comme une sorte de contre-pouvoir, tempérant les conflits et maintenant les équilibres sociaux [ ]. L'importance de la zaouïa dépendait de la renommée du marabout fondateur. Les familles maraboutiques disposaient en Kabylie d'un droit de protection appelé laânaya , privilège souvent utilisé comme droit de passage à travers la région.

Durant la période ottomane, les marabouts ont servi d'intermédiaire entre la société kabyle et les caïdats , structures administratives mises en place par la régence d'Alger dans les villes littorales Béjaïa , Jijel … et en périphérie Boghni , Bouira … de la Kabylie, qui restait globalement hors de son contrôle.

Les caïds leur demandaient de faire passer sous laânaya protection des troupes de Béjaïa , possession de la Régence isolée par les montagnes, jusqu'à Alger. En échange, la Régence rémunérait les marabouts et leurs zaouïas, et prenait parfois en charge le financement des travaux de leurs mausolées [ ].

Les Français , au contraire, ont considéré comme gênante l'implantation des marabouts en Kabylie: Celui de Cheikh Amokrane à Ait Zellal draine ainsi les foules pendant les fêtes de taâchourt et du mouloud [ ]. À côté des musulmans existent des minorités chrétiennes , catholiques ou protestantes de diverses confessions: Les juifs , qui ont presque tous quitté le pays à l'issue de la guerre d'Algérie , avaient auparavant une présence significative dans les régions de Sétif et de Béjaïa.

Dans cette dernière ville, le quartier de Karamane en abritait une importante communauté: Venant après les traductions de la Société biblique britannique, une édition d'émanation catholique des quatre évangiles en kabyle a été publiée de à [ ]. Des travaux entrepris pour la traduction du Coran et la rédaction d'un lexique religieux en kabyle ont abouti à une parution en [ ].

Parmi les équipes de football de la région, la Jeunesse sportive de Kabylie JSK se distingue nettement par la richesse de son palmarès. C'est aujourd'hui la première équipe d' Algérie par le nombre de coupes gagnées [ ]. Le club, qui n'a jamais connu la relégation depuis son accession en première division en , remporte son premier championnat d'Algérie quatre ans seulement après celle-ci, en La JSK a également remporté cinq coupes et une supercoupe d'Algérie.

Depuis , le club a le statut de professionnel à la suite d'une réforme du championnat. L'autre grand club de football de la région est la JSM Béjaïa.

Son ascension en première division a fait naître le derby kabyle [ ]. La Kabylie est aussi un fief du volley-ball algérien, notamment à Béjaïa , considérée comme le pôle national de la discipline.

Les joueuses de l' équipe d'Algérie de volley-ball féminin , qui ont remporté la coupe d'Afrique des nations, sont majoritairement issues des clubs de Béjaïa, qui dominent dans les compétitions nationales et africaines [ ].

Taddart , le village kabyle, est généralement placé sur une crête tawrirt ou un plateau élevé agwni , emplacement dont souvent son nom rend compte exemple: Tawrirt Mimoun, tawrirt Aden.

Les maisons sont étroitement regroupées de façon que leur ensemble, vu de l'extérieur, forme un bloc unique. En élévation, elles paraissent se chevaucher, chaque pignon dépassant le pignon voisin en montant vers le sommet. Pressées les unes à la suite des autres au long des lignes du relief, elles forment de véritables agglomérations descendant rarement en dessous de cinq cents habitants.

Cette répartition dense est sensiblement identique à celle des Kasbahs [ ]. Ce type de village répondait notamment, avant l'apparition de l'artillerie, à des préoccupations défensives [ ].

Simultanément son architecture se trouve sérieusement menacée par l'introduction du béton [ ]. La maison kabyle, dite axxam , est une construction traditionnelle de montagne, plus ou moins décorée et ornée selon l'importance sociale et la richesse du propriétaire, de sa famille ou de sa tribu. Il y a deux grands types de maison, à tuile et à terrasse, certaines constructions mêlant les deux structures. Les fondations sont des tranchées comblées avec de grosses pierres adrar et du mortier d'argile.

Pour les murs, deux techniques sont principalement employées, le mur de pisé avec un coffrage en bois tabbadit et le mur de pierre taghaladt. La charpente est faite de poutres isulas , la poutre centrale asulas alemmas étant souvent la plus importante.

Les poutres reposent sur les murs et parfois sur des piliers de bois tikjda. La toiture est faite de roseaux ighunam ou de branches d'olivier tachita n tazemmurt et de tuiles d'argile karmoud. Souvent, plusieurs maisons sont regroupées autour d'une cour centrale appelée oufrag [ ].

Les fonctions économiques de la maison sont réparties en trois espaces distincts: Le travail intérieur concernant le sol et les murs revient aux femmes. Les fresques murales ont recours à des symboles variés, aux significations multiples. La région possède un patrimoine civil encore vivant. C'est le cas par exemple des salines traditionnelles tamellaht , comme celles que l'on peut rencontrer dans les Bibans: D'architecture généralement assez simple, ce sont des lieux de mystique et de mémoire.

Certains reçoivent toujours un grand nombre de visites [ ]. Un des plus connus et des plus ornés est celui de Cheikh Amokrane, à Aït Zelal, auquel Cheikh El Hasnaoui a consacré une chanson [ ]. Cheikh Aheddad, un des chefs de la révolte des Mokrani , possède aussi le sien dans son village de Seddouk Oufella [ ].

Une caractéristique de la région est la densité du réseau de ses zaouïas. Elles possèdent toujours un important patrimoine mobilier, architectural et agricole [ ]. Les mosquées de Kabylie connaissent une grande variété de styles. Ses pierres massives contrastent avec les mosaïques mauresques de la jamaa Sidi Soufi de Béjaïa.

Dans cette même ville, les murs de la mosquée de la casbah , en attente d'un programme de restauration, conservent la mémoire des cours qu'y a donnés Ibn Khaldoun [ ]. Béjaïa possède aussi une ancienne synagogue , trace d'une présence juive citadine [ ] , dont le dôme multicolore se dresse dans le vieux quartier de Karamane. La présence romaine puis byzantine a laissé des vestiges de basiliques comme celle de Tigzirt [ 88 ] et de Djemila.

Karamane et l'ancienne synagogue de Béjaïa. La forme de structure défensive la plus ancienne et la plus répandue est l'organisation des villages kabyles et leur situation sur des points stratégiques, tirant parti du relief de la région [ ].

Cependant au cours de l'histoire, les dynasties musulmanes locales, soucieuses de protéger le siège de leur pouvoir, ont doté leurs capitales respectives de citadelles et de murailles: L'architecture actuelle du fort est due aux militaires français qui à leur arrivée dans la région en ont remanié les structures en fonction de leurs besoins, comme ils l'ont fait pour d'autres ouvrages militaires [ ].

Ayant d'abord été le lieu du tombeau de la sainte patronne de la ville, Yemma Gouraya , il reste un but de pèlerinage pour les populations locales qui font l'ascension de la montagne pour visiter les lieux [ ]. Elle reprend l'architecture des villages kabyles, très agrandie et complétée de fortifications, de postes d'artillerie et de guet, de casernes, d'armureries et d'écuries pour les unités de cavalerie [ ].

Une grande partie de ces structures, bombardée durant la guerre d'Algérie , est aujourd'hui dans un état délabré. Mais le site garde des joyaux comme sa mosquée d'architecture berbèro-andalouse [ ].

D'architecture simple, ils ont souvent été enlevés par les tribus locales soucieuses de garder leur autonomie [ ]. Cette production entrait dans un système d'échange économique et culturel où chaque région ou tribu de Kabylie avait sa spécialité. Les villages avaient chacun leur jour de marché, qui donnait l'occasion aux artisans locaux d'exposer leurs créations [ ].

De nos jours ces marchés traditionnels ont fait place aux foires organisées dans les principaux centres de production artisanale: Cependant, comme dans le reste de l' Afrique du Nord et à la suite du déclin de la société traditionnelle dont il était l'expression, l'artisanat est aujourd'hui menacé.

La broderie , pratiquée exclusivement par les femmes, est principalement utilisée dans la confection des habits traditionnels portés à l'occasion des fêtes, en particulier des mariages. Elle fait vivre encore de nos jours un nombre important de familles. Le tissage utilise comme matière première la laine du mouton, ou plus rarement celle du dromadaire.

Il sert à réaliser de nombreux objets qui ont une grande importance sociale, comme les burnous ibidhiyen [ ] , les tapis, les couvertures, les takchabit ou les takendourt , pour la production desquels l'activité se maintient bien qu'elle soit menacée jusque dans la transmission du savoir-faire. Les tapis de Kabylie sont faits de laine et confectionnés par les femmes.

Ils sont destinés à un usage domestique, sur le sol ou les murs, ou religieux, pour la prière. Bien que menacé, l'art du tapis se conserve dans quelques villages de Grande Kabylie. À l'image de l'ensemble de l'artisanat kabyle, le tissage emploie une variété importante de couleurs et des motifs géométriques qui remontent à un passé très ancien.

Il existe par ailleurs une très forte ressemblance entre les productions de Kabylie et de la vallée du Mzab , autre région berbérophone. D'une manière générale, le tapis amazigh est très coloré et constitue un objet de décoration très demandé [ ]. La poterie kabyle ideqqi révèle un ancrage africain en même temps que des relations très anciennes avec l'art méditerranéen dont elle s'est enrichie formes arrondies et moulées, décors peints. Faits d' argile de différentes couleurs selon les gisements, les objets créés s'illustrent par la pureté de leurs formes et la simplicité de leur décor mais aussi par la complexité des motifs et des techniques employés.

Les signes et les symboles utilisés pour la décoration remonteraient au Néolithique [ ]. Une femme qui a de l'initiative au lit n'est qu'une prostituée! Telle est la culture kabyle! Vois-tu, Hmimi, on ne peut donner ce qu'on n'a pas reçu. C'est valable pour les femmes. Je te l'accorde, Hmimi, la femme kabyle ne sait pas caresser. Elle ne sait pas sourire. Elle ne sait pas pardonner. Elle ne sait pas séduire! Elle ne sait pas aimer! Elle ne sait ppas jouer Oui, Hmimi, ailleurs, les femmes savent meiux aimer avec l'âge.

La femme kabyle, elle, apprend à mieux détester, à mieux se détester. Aigrie de ses frustrations, de ses manques, de ses ratages, des brimades qu'elle a encaissées, des droits qu'elle a cédées. As-tu remarqué, Hmimi, que la femme kabyle, jeune, sait se taire et obéir, sait faire la courbette, sait baisser les yeux, sait encaisser les coups en les comptant, sait manipuler, sait ruser?

Elle hurle sa libido insatisfaite, ses fantasmes inassouvis, sa parole confisquée. Non, Hmimi, cette transformation n'obéit pas aux lois des hormones. Elle obéit au cycle de l'oppression!

Opprimée, on reproduit l'oppression. La femme kabyle a la mémoire de la haine et de la dureté. Et ça vient de loin! Pourquoi, penses-tu, cher Hmimi, que nombre de femmes kabyles sont totalement névrosées? Oui, Hmimi, avoir connu la femme kabyle, Charcot, Freud, Jung Il est long le chemin de la guérison.

Et si la solution était que l'homme et la femme kabyles grillent ensemble le piment fort, le pèlent à dix doigts, se frottent l'un l'autre avant de se oindre d'huile d'olive? Je divague, je sais Non tu ne divagues pas.

Je ne fais jamais l'amour sans une bouteille d'huile d'olives a proximite, cela sert a tellement de choses. Tu es psychologue, psychiatre? Il n'y pas beaucoup de gens qui me parlent de Charcot meme ceux qui sont dans le metier parfois. Passe une bonne nuit et deplie le fauteuil noir, je veux m'allonger et te raconter mes contes erotiques Chere Louisa, cher Hmimi Je vous raconte l'histoire de mon oncle, marié, il ya près de 30 ans, en Kabylie avec une femme kabyle..

Je leur donnerai des prénoms d'emprunt.. Lui, s'eppelle Mokrane et elle Djedjiga.. Il avait 24 ans et elle 19 ans. Ils se sont vus une fois.. Ce fut le coup de foudre pour lui mais elle.. Il a donc demandé sa main et elle lui a été accordée par la famille.. Le soir J, de la fameuse nuit de noces, Djédjiga a été brieffée par les femmes de sa famille à bien écarter les jambes et à "supporter" la douleur pour que ça passe vite et puis..

Elle est seule dans sa chambre.. Mokrane rentre, salue la mariée sous son avarnous mais elle ne répondit pas.

.

Recit sexe vrai sexe cam vie


sexe doux le sexe kabyle

Dans sa tenue sexy elle veut de l'anal puissant. Elle nourrit son cul avec un gros concombre! Elle est enceinte et toujours aussi salope. Grosses masturbatrice de grosse bite Oklm!! Compilation de Reverse Cowgirl a l'hotel. Haley Ryder toujours accompagné de son sextoy. C'est trois là n'on pas froid aux yeux. Une belle blonde se déshabille et ce masturbe. Magnifique démonstration de sexe anal. Amatrice prise par deux hommes dans une chambre. Technique pour contrôler son éjaculation.

Couple asiatique se filme en mms pour cousine. Jeune femme asiatique en cloque pour un porn. Belle rousse qui écarte les cuisses en grand. Du sexe en pleine nature.. Il y a pas mieux Une asiatique qui gicle du lait bien excitée. Enceinte elle se fait pisser dessus. Apres Jordi un autre mec pour elle. Prise en levrette dans de la lingerie fine.

Cette Brunette ce fait bien défoncer. J'aime le corps divin et la chatte de maman. Quelle beau cadeau une sodomi non? Quatre heures de baise par des amateurs. Fellation et baise pour ce jeune homme. Fellation gourmande elle n'en perdra pas goutte. De jeunes tchèques baisent pour de l'argent. Une jeune innocente nourrie au sperme.

Des amateurs russe qui s'eclatent Un black se tape une asiatique. La végétation, principalement méditerranéenne, prend les formes du maquis et de la forêt.

Celle du parc du Djurdjura se compose en majorité d'une combinaison, variable selon l'altitude, de chêne vert et de cèdre de l'Atlas. Elle illustre les trois types d'essences méditerranéennes qui composent les forêts kabyles: Les forêts qui constituent le parc, comme celles d'Aït Ouabane et de Tigounatine, comptent parmi les plus riches de la région [ 36 ]. On retrouve dans le parc de Taza le chêne zéen et le chêne-liège, qui constituent avec le chêne afarès les essences principales de la forêt de Guerrouche [ 37 ].

S'agissant du chêne-liège et dans un pays qui représente lui-même plus de la moitié de la superficie occupée par cette essence sur la rive sud de la Méditerranée , la Kabylie et l'ensemble du Nord-Est algérien constituent la région des plus grandes subéraies: Les massifs kabyles abritent de nombreux mammifères sauvages parmi lesquels le macaque berbère ou singe magot , espèce endémique d' Afrique du Nord , la mangouste , le chacal doré , la genette , le porc-épic , le sanglier , le chat sauvage et autrefois le lion présence signalée jusqu'au début du 20 e [réf.

Les hauteurs de Petite Kabylie abritent en outre la sittelle kabyle , espèce de passereau endémique qui n'a été découverte qu'en , sur le mont Babor [ 43 ] , et retrouvée plus récemment, en , dans la forêt de Guerrouche [ 37 ].

La salamandre algire , amphibien vulnérable, est présente dans le parc du Djurdjura [ 44 ]. Les eaux littorales kabyles présentent également une faune et une flore remarquables. L'aire marine du parc de Gouraya abrite quatre espèces protégées de mammifères marins: La population est nombreuse pour une région à dominante montagnarde et rurale, notamment en Grande Kabylie où se rencontrent pourtant les altitudes les plus élevées. Le phénomène n'est pas nouveau et il a particulièrement frappé les colonisateurs français.

Il est d'autant plus original que la taille des localités de plaine est longtemps restée limitée, le gros village de montagne, niché sur les crêtes, étant la forme principale d'agglomération [ 18 ]. À l'est de la Soummam , l'habitat traditionnel se fait plus dispersé, prenant la forme de hameaux de clairière [ 8 ]. Toutefois l' exode rural a profondément modifié cette situation. La population kabylophone a ainsi constitué une diaspora estimée à deux millions ou deux millions et demi de personnes dont près d'un million en France pour trois millions à trois millions et demi en Kabylie [ 49 ].

L'exode rural se poursuit vers les villes situées aux portes mêmes des montagnes kabyles, principalement Alger , Tizi Ouzou , Béjaïa , Jijel , Constantine , Skikda et Annaba. Toujours très peuplée, la région est marquée par un dualisme qui oppose le monde du village ou du hameau, surtout habité de femmes, d'enfants et de personnes âgées, et celui de la ville , lieu des activités industrielles et de services, des équipements et des habitats collectifs, qui attire la majeure partie des hommes adultes [ 8 ].

À l'intérieur de la région, les axes de communication terrestres tirent parti des dépressions du relief: Les montagnes kabyles représentent cependant un obstacle que contourne par le sud le tracé du grand projet d' autoroute Est-Ouest [ 51 ]. Les lignes ferrovaires ont bénéficié à la fin des années d'une modernisation du matériel roulant, qu'illustre la mise en service en d'un autorail sur la ligne Béjaïa-Alger [ 55 ].

La ligne Tizi Ouzou-Alger, rouverte en juillet après être restée fermée depuis les années pour raison de sécurité, reste soumise aux aléas de l'hiver montagnard [ 56 ]. Les ports du littoral kabyle tiennent des rôles variables entre les échelons local et international. Le port de Djendjen, non loin de Jijel , est destiné à devenir un hub portuaire de niveau mondial: À une échelle plus modeste, le port de Collo assure l'embarquement de la production locale de liège [ 10 ].

En matière de transport aérien, la région est reliée aux grandes villes étrangères via les aéroports de Béjaïa - Soummam - Abane Ramdane , de Sétif - 8 Mai et d' Alger - Houari Boumédiène. Pas plus hier qu'aujourd'hui, la Kabylie n'a connu de frontières fixes et rigoureusement définies. Mais son histoire montre d'autres permanences: Bien qu'intérieurement divisée, la région a trouvé son unité, vis-à-vis de l'extérieur, en se faisant le refuge de tous ceux qui, dans les populations environnantes, ont voulu résister à l'emprise des conquérants successifs ou des États en construction.

Plusieurs auteurs [ note 12 ] soulignent la place qu'occupent aussi, dans la singularité de la région, les cités et les États dont elle a connu l'essor, de même que les rapports qu'ils ont entretenus avec les sociétés montagnardes: Les monuments mégalithiques que la Protohistoire a laissés en Kabylie, souvent dotés comme à Aït Raouna d'une grande allée couverte , sont très proches de ceux de Sardaigne [ 61 ] , [ 70 ].

Des poteries s'ornent de signes et symboles dont l'emploi s'est perpétué jusqu'à nos jours dans l'artisanat de la région, ainsi que dans celui de l' Aurès: De l' Antiquité proviennent les stèles libyques où apparaît une écriture dont le tifinagh est le descendant actuel [ 72 ] , [ note 13 ]. Les communautés, patriarcales et endogames , que le latin appelle tributes et dont la désignation en arabe a donné plus tard son nom à la région, existent déjà. Mais aussi des États: Les Phéniciens , dont les réseaux commerciaux commencent à s'implanter vers av.

Après la fondation de Carthage , l' influence punique et, par son intermédiaire, l' empreinte grecque , s'étendent à partir de la façade maritime. Elles marquent toutefois moins les campagnes que les villes, qui pour leur part, sur la côte, maintiennent sans doute à l'égard des pouvoirs autochtones une quasi-autonomie [ 75 ]. Les premières interventions des Romains remontent aux guerres puniques: La région est donc contrôlée en grande partie par Syphax , roi des Massaesyles et allié de Carthage.

Elle passe après la deuxième guerre punique sous le contrôle exclusif de Massinissa , roi des Massyles, régnant sur la Numidie et allié des Romains. Son règne, de av. Dans l'ensemble, la Numidie restera par la suite, sous les Romains, une terre agricole prospère [ 77 ]. Globalement, le Djurdjura , la Kabylie maritime mis à part quelques enclaves côtières et les Babors constituent des zones hostiles à la pénétration romaine: Les Romains mettent en place un limes Bidendis dans la vallée du Sebaou et un limes Tubusuptitanium dans celle de la Soummam, deux dispositifs militaires destinés en particulier à contrer les assauts des populations du Djurdjura.

La présence romaine s'établit principalement dans ces vallées, ainsi que sur les Hauts Plateaux [ 85 ]. Dans la partie orientale de la Kabylie, une urbanisation se développe le long des vallées et des routes, en lien avec la possibilité d'une présence romaine durable [ 86 ].

Dans l'ensemble de la région, les villes, qu'elles soient colonies ou simples municipes , restent relativement peu nombreuses et les montagnards berbères relativement peu perméables à la romanité dont elles sont les foyers [ 87 ]. Les principaux vestiges romains de la région se trouvent à Djemila , l'antique Cuicul , dans les moyennes montagnes de Petite Kabylie: D'autres sites restent à fouiller, comme à Azeffoun celui de Rusazus , la plus riche des villes de Kabylie à l'époque d' Auguste , où ont été signalés murailles, conduites d'eau et thermes [ 94 ].

Les récits des auteurs latins relatent l'alternance de replis défensifs et d'expansions sur les plaines des guerriers montagnards, qui forcent régulièrement les colons à se réfugier derrière les fortifications des cités [ 95 ].

Le pouvoir de Rome se heurte à plusieurs reprises à de vives résistances, des sept années de la guérilla de Tacfarinas , qui s'achève en l'an 24 sous les murs d' Auzia , jusqu'aux révoltes, trois siècles plus tard, de Firmus et Gildon , tous deux fils d'un grand chef tribal des Bibans [ 96 ] , [ 97 ]. L'invasion des Vandales , qui atteignent la Kabylie en - , ne rencontre guère d'opposition dans une population où beaucoup sans doute y voient surtout la fin de la domination romaine.

Les Vandales, dont la présence numérique est faible et qui se rattachent au courant arien du christianisme, ignorent l'intérieur du pays et se concentrent sur le pillage des élites urbaines christianisées.

Plusieurs défaites contre les Berbères cantonnent leur influence aux environs de Carthage. Les plaines fertiles basculent sous le contrôle de tribus venues des Aurès. En , le roi vandale Gélimier est cerné dans l' Edough par les Byzantins conduits par Bélisaire et finit exilé à Constantinople [ 99 ].

Les Byzantins , sous Justinien , parviennent à rétablir le contrôle impérial sur une partie de l'Afrique du Nord. Cependant ils suscitent l'hostilité des Berbères et leur pouvoir reste d'une grande fragilité [ 98 ].

En Afrique proconsulaire comme en Numidie, les diversités religieuses, linguistiques et culturelles sont plutôt perçues par eux, à leur arrivée, comme un danger pour la cohésion de l' Empire dans ces provinces. Même s'ils contrôlent les plaines productrices de blé, l'étendue de la région, l'insuffisance des voies de communication et les disparités entre populations plus ou moins romanisées et non-romanisées réduisent leurs capacités de défense, à la veille de l'arrivée des Arabes [ ].

S'y ajoutent de multiples facteurs de faiblesse: De plus, la présence byzantine n'a jamais regagné l'ensemble de l'ancien territoire romain, le renforcement des tribus berbères pendant la période vandale constituant un obstacle majeur.

La Kabylie comme l'ensemble des montagnes du Tell échappent à leur autorité, qui se limite aux environs de Cirta , de Calama Guelma et de quelques villes fortifiées [ 99 ]. Les Arabes surviennent donc dans un Maghreb divisé, où les Berbères secouent une domination byzantine devenue trop lourde.

La déliquescence du pouvoir impérial a favorisé l'émergence dans les régions montagneuses de grands groupes tribaux Kutama , Aureba, Sanhadja , Belezma, Masmouda , etc. Ces confédérations, qui serviront de support à la résistance des chefs aurésiens Koceila et Kahena , vont aussi façonner l'histoire du Maghreb médiéval [ ]. En , les cavaliers arabes et musulmans mènent leurs premières razzias en Ifriqiya [ ].

Le Tell , pays montagneux et difficilement accessible à la cavalerie, reste en marge durant le premier siècle de la conquête. Les informations qui traitent de cette période sont rares et éparses: Ici, comme ailleurs sous l'impulsion de chefs tels que Koceila ou Kahena , les tribus berbères , parfois alliées aux Byzantins , résistent pendant plusieurs décennies avant que le califat omeyyade , en , puisse faire du Maghreb entier une de ses provinces.

Comme ses prédécesseurs, le nouveau pouvoir pèse d'abord sur les populations citadines. Cependant la religion des conquérants progresse rapidement [ ]. Le peuple kutama, fort d'une population nombreuse, acquiert une position d'arbitre dans diverses luttes entre factions arabes ou berbères, puis vis-à-vis de l'émirat aghlabide institué en et premier pouvoir dynastique autonome au sein du califat abbasside [ ] , et sait en tirer parti.

Ainsi, selon Ibn Khaldoun: Au service de cette cause, ils font la conquête de l'Ifriqiya, puis de l' Égypte [ ]. Une fois établis en Égypte, les Fatimides laissent aux Zirides , famille alors à la tête de la confédération sanhadja, la charge de défendre le Maghreb contre les tribus zénètes , alliées du califat de Cordoue. La nouvelle dynastie s'installe en Ifriqiya.

Par la suite, sa branche hammadide s'en détache et prend le contrôle du Maghreb central , qu'elle place en sous l'obédience abbasside. En , à leur tour, les Zirides d'Ifriqiya reconnaissent la légitimité du califat de Bagdad et rompent avec le chiisme [ ]. En représailles, les Fatimides envoient les Arabes Beni Hilal au Maghreb, qu'ils leur donnent en fief [ ]. En , pour mieux se protéger des attaques hilaliennes, mais aussi mieux tirer parti d'une évolution des échanges favorable au commerce méditerranéen, les Hammadides construisent sur le site de Saldae la ville de Béjaïa.

Ils y déplacent leur capitale, précédemment établie à la Kalâa des Béni Hammad , fondée soixante ans plus tôt dans le Hodna [ ]. C'est à travers elle, par l'intermédiaire du mathématicien italien Fibonacci , venu y étudier, que les chiffres arabes et la notation algébrique sont diffusés en Europe [ ]. Certains deviennent des saints vénérés par la population locale, comme Sidi Boumédiène , dont le nom est encore honoré dans le Maghreb contemporain.

Cependant la tolérance envers les non-musulmans est réelle, comme en témoigne la correspondance entre le sultan hammadide Al Nacir et le pape Grégoire VII [ ]. C'est à proximité de Béjaïa que se rencontrent vers Abdelmoumen , alors jeune étudiant dans la cité, et Ibn Toumert , réformateur religieux qui en a été expulsé, dont il devient le disciple avant de prendre à sa suite la tête du mouvement almohade [ ]. Renversant les royaumes en place, la dynastie qu'il fonde rassemble sous une autorité unique le Maghreb et une partie de la péninsule Ibérique [ ].

L'espace compris entre Béjaïa, dans l'orbite du pouvoir hafside de Tunis , et Dellys, jusqu'où s'étendent depuis Tlemcen les possessions zianides, devient enjeu de rivalités entre les deux royaumes. Au cours des deux siècles suivants, les États maghrébins, en conflit permanent, font venir en renfort tantôt des mercenaires européens, tantôt les tribus arabes, jusque-là cantonnées plus au sud.

De plus en plus affaiblis par leurs rivalités et les batailles de succession internes, ils finissent par laisser se constituer dans les villes principales des centres de pouvoir pratiquement autonomes, tandis que les campagnes sortent de tout contrôle [ ]. Les pourtours ouest, sud et est des montagnes kabyles, plus ouverts, sont les plus rapidement touchés. À l'approche de l'an , seule la confédération centrale, celle des Zouaouas, maintient encore son existence.

Elle a perdu ses terres des Hauts Plateaux mais hérite d'une partie de celles de ses anciennes voisines, dont elle accueille les réfugiés. Dès lors et au cours du siècle qui suit, son autonomie se consolide sur un territoire compris, d'ouest en est, entre les oued Boudouaou et Agrioun , et de la Méditerranée jusqu'à une ligne joignant Sidi Aïssa à Sétif [ 95 ].

En témoigne leur mobilisation pour défendre le Béjaïa hammadide contre les Almohades, puis aux côtés de ses Hafsides tentant de s'affranchir de ceux de Tunis, ou contre les incursions zianides, mérinides et, pour finir, espagnoles [ ]. En , sur la lancée de la Reconquista , les Espagnols s'emparent de Béjaïa et organisent à partir de cette position des razzias dans l'arrière-pays. Le deuxième se constitue sur les terres des Belkadi, descendants du juriste Al Ghobrini [ note 15 ].

Le dernier s'implante à une trentaine de kilomètres de Béjaïa, dans la vallée de la Soummam [ ]. La Kalâa devient la nouvelle capitale des habitants des environs de Béjaïa quand, après la prise de la ville, ils cherchent protection à l'intérieur des terres. Le site, ancienne place forte hammadide et étape sur l' abrid n'sultan , a été retenu par Abderahmane, prince bougiote, pour des raisons de sécurité. Initialement alliée des Hafsides , la dynastie s'en émancipe.

Abdelaziz, petit-fils d'Abderahmane, prend le titre berbère d' amokrane. Sous son règne, la Kalâa gagne en importance: Plusieurs tentatives sont menées [ ] dont l'une, en , le Siège de Béjaïa dont malgré l'échec, Arudj Barberousse reconnut le courage des Kabyles [ ] , ainsi qu'une autre vers , qui donne l'occasion à Ahmed Belkadi , prince alors au service des Hafsides, de s'illustrer à la tête de combattants venus de la côte de Béjaïa et de Jijel [ ].

Elles échouent toutefois à déloger les occupants espagnols [ ]. Ahmed Belkadi s'établit alors chez les Aït Ghobri , d'où sa famille est originaire, et prend la tête du royaume de Koukou [ ] , qui durera deux siècles [ ]. Béjaïa n'est définitivement reprise aux Espagnols qu'en lors de la bataille de Béjaia [ ] , par la pression combinée du corsaire Salah Raïs Pacha , agissant pour le compte de la régence d'Alger , et des royaumes tribaux [ ] , [ ]. Entretemps les Hafsides ont été évincés de leurs possessions, en Kabylie comme dans tout l'Est algérien.

Ils s'y heurtent à la résistance de la population, qui s'organise en Grande Kabylie autour du royaume de Koukou, et de celui des Aït Abbas dans les Bibans et la vallée de la Soummam [ ]: Il y règne plusieurs années avant d'être à son tour vaincu par Khayr ad-Din, allié aux Aït Abbas. Abdelaziz, sultan des Aït Abbas, est quant à lui tué en au cours d'une bataille contre les Ottomans: En Petite Kabylie , le royaume des Aït Abbas se maintient pendant toute la période de la régence d'Alger.

Après quatre mois d'hostilités, les Français abandonnent la ville assiégé par les troupes Ottomanes et Berbères: La Régence verse un tribut pour le passage de ses troupes, dignitaires et commerçants. C'est dans l'Algérie d'alors le seul endroit où le pouvoir makhzen paye un tribut à des populations locales insoumises [ ] , [ note 16 ].

Ne pouvant soumettre directement l'ensemble de la région, la Régence joue sur les rivalités de clan pour asseoir son influence et percevoir des impôts de certaines tribus. Globalement, les royaumes kabyles, qui bénéficient d'une certaine reconnaissance internationale représentations diplomatiques en Espagne, notamment , contribuent à maintenir l'autonomie de la région [ ].

Conséquence durable de l'intervention ottomane: Les commerçants kabyles sont très présents dans la ville, qu'ils ravitaillent avec les produits agricoles et artisanaux de leur région [ ].

Pour contrebalancer le pouvoir des janissaires , de nombreux corsaires et miliciens de la Régence sont recrutés localement, notamment parmi les Kabyles. Le dey Ali Khodja s'établit dans la Casbah, sous la protection de soldats kabyles, pour imposer son autorité face aux janissaires [ ]. La famille d' Ahmed Bey , dernier bey de Constantine , mène une politique d'alliance matrimoniale avec les Mokrani et d'autres familles de la région [ ].

Toutefois les conflits ne cessent d'émailler les relations entre les royaumes kabyles et la régence d'Alger. En les tribus des Bibans et de Béjaïa se soulèvent et s'emparent du caïd de la ville.

L' agha Yahia, chef militaire de la Régence, ne parvient pas à soumettre la région [ ]. En , les Français se lancent à la conquête de l'Algérie. Au début, l'expédition est dirigée contre Alger. Mais très tôt, les envahisseurs cherchent à occuper l'ensemble du pays, notamment la Kabylie contre laquelle sont dirigées plusieurs expéditions. Les tribus kabyles combattent sur tous les fronts, d'Alger jusqu'à Constantine.

Mis à part les renforts envoyés à la bataille de Staoueli , leur premier contact avec les troupes françaises a lieu en , près de Médéa , où Ben Zamoun mène au combat les hommes des Iflissen [ ]. Béjaïa , passée sous le contrôle de la tribu des Mezaïa après la chute du dey d'Alger , connaît plusieurs incidents avec des navires français et anglais.

En , deux expéditions visant à lui imposer comme caïd un dénommé Mourad, puis un certain Bou Setta, sont mises en échec. Une nouvelle expédition aboutit en à la prise de la ville, après une résistance intense de ses habitants. Cependant les Français ne parviennent pas à en conquérir les alentours [ ].

En , la vallée du Sebaou est conquise, puis la partie de la Petite Kabylie comprise entre Collo et Jijel , soumise en mai et juin par Saint-Arnaud [ ]. En Haute Kabylie, Lalla Fatma N'Soumer , issue d'une famille maraboutique, prend la tête de la résistance à la conquête [ ]. Le cherif Boubaghla en est une autre figure.

Originaire de Miliana , arrivé en Kabylie vers pour prôner la guerre sainte contre les Français, il mobilise principalement les tribus du versant sud du Djurdjura, une partie des Aït Abbas pourtant en traité de paix avec la France et les Aït Mellikeche.

Après une campagne infructueuse dans la vallée de la Soummam et un échec à reprendre Béjaïa , il franchit le Djurdjura pour se joindre aux forces de Lalla Fatma N'Soumer, notamment pour la bataille du Haut Sebaou. De retour dans la région des Aït Mellikeche , sa troupe de partisans fortement diminuée, il finit par mourir au combat, le 26 décembre , contre une troupe française dirigée par le général Camou [ ].

Les années qui précèdent celle-ci sont marquées par un mécontentement général: Après la révolte des Mokrani, ces actions, d'après l'analyse d'Alain Mahé [ ] , prennent le caractère d'une politique de destruction de l'identité kabyle: Des missionnaires chrétiens y mènent des campagnes d'évangélisation jusque dans les villages les plus reculés.

Le droit coutumier berbère y est globalement maintenu, alors qu'il est aboli en pays chaoui au profit du droit musulman. Enfin, l'enseignement en français y est relativement courant jusqu'au certificat d'études, alors que partout ailleurs, c'est la scolastique coranique, en arabe classique , qui est favorisée [ ].

C'est alors une immigration qui ne se disperse pas dans la société française, mais semble au contraire se regrouper en reproduisant la structure des villages traditionnels [ ]. Nombreux sont les Kabyles à participer à la création, en , de l'Amicale des instituteurs indigènes, tout comme plus tard à celle, en , de l'Association des oulémas algériens, dont les médersas serviront de support à la diffusion des idées nationalistes.

En , parmi les émigrés qui fondent l' Étoile nord-africaine , 5 sur 8 des premiers dirigeants sont originaires de Kabylie [ ]. La région est touchée de plein fouet par les événements du 8 mai Certains sont éliminés, d'autres, sous la menace de l'exclusion, se rallient à l'orientation alors dominante [ ].

C'est aussi, avec les Aurès , l'une des plus touchées par la répression, du fait de l'importance des maquis et de l'implication de ses habitants. Bastion de l'ALN, la région est aussi le lieu de certaines des plus marquantes de ses victoires, comme la bataille de Bouzegza [ ].

Cependant la mobilisation de la région résiste à la répression des populations civiles destruction des ressources agricoles, pillage, fouille et destruction de villages, déplacement de populations, création de zones interdites, etc. Après la mort d'Amirouche le 29 mars et sous l'impulsion de ses successeurs Abderrahmane Mira puis Mohand Oulhadj , la wilaya III se réorganise en éclatant ses grosses unités en formations plus petites et en rapatriant les moussblines agents de liaison avec la population dans les maquis.

Après le plan Challe, les femmes prennent petit à petit un rôle accru: En , l'ALN parvient à occuper plusieurs postes militaires français [ ]. Ben Bella prend le pouvoir mais ses relations avec la wilaya III restent tendues. En octobre , il obtient de Mohand Oulhadj un accord autorisant le déploiement de l' ANP Armée nationale populaire sur le territoire de la wilaya et entraînant la dissolution de la plupart de ses unités [ ].

Sur le plan politique, la Kabylie est régulièrement le cadre de mouvements de contestation du régime d'Alger. Jusqu'en , l'ANP mène dans la région une répression qui fait plus de quatre cents morts [ ]. D'autres affrontements ont lieu à Tizi-Ouzou et Alger en et [ ]. Accompagné en de la création d'un nouveau parti, le RCD Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Sadi , le réveil culturel s'intensifie en réaction au durcissement de l' arabisation que connaît l'Algérie dans les années [ ].

En juin et juillet , la région s'embrase à nouveau après l'assassinat du chanteur Lounès Matoub et à l'occasion de l'entrée en vigueur d'une loi généralisant l'usage de la langue arabe dans tous les domaines [ ] , [ ]. La révolte touche les régions kabylophones des wilayas de Bouira , Bordj Bou Arreridj , Sétif et Jijel , parties intégrantes de la wilaya III historique, mais restées jusque-là relativement à l'écart du mouvement identitaire [ 13 ].

Le gouvernement est conduit à négocier avec le Mouvement citoyen des Aarchs , mobilisé autour de la plateforme d'El Kseur: Toutefois, en , le tamazight est reconnu en tant que langue nationale [ ]. Créé en juin par Ferhat Mehenni , le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie MAK prône depuis l'autodétermination de la région [ ]. Les sept wilayas où s'inscrit le périmètre Thenia - Sétif - Jijel totalisent une population d'environ six millions de personnes [ note 17 ] , [ ] dont, suivant les estimations, de trois à trois millions et demi de kabylophones [ 49 ].

Le reste des populations kabylophones de la région se répartit sur la moitié est de la wilaya de Boumerdès , la moitié nord de la wilaya de Bouira , le nord de la wilaya de Bordj Bou Arreridj , l'ouest de la wilaya de Jijel, et le nord-ouest de la wilaya de Sétif.

Les Kabyles contemporains font partie du vaste ensemble des héritiers des premiers Berbères , dont les origines ont donné lieu à une multitude d'hypothèses.

Les données archéologiques et linguistiques disponibles ne permettent pas de trancher mais elles établissent suffisamment l'ancienneté et la continuité de la présence des Berbères dans leur espace actuel pour qu'on puisse les qualifier d'autochtones [ ]. La question de l'origine des hautes densités montagnardes kabyles divise encore les historiens.

Aux extrêmes s'opposent la thèse d'un peuplement dense très ancien, antérieur à la présence romaine, et celle d'un afflux tardif, consécutif à l'arrivée des Arabes [ ]. Toutefois, un relatif consensus se dégage sur plusieurs points. La présence de populations dans l'ensemble de la région, dès l'époque romaine au moins, paraît également attestée, le seul point encore en débat portant sur le peuplement du territoire relativement restreint, mais aussi le plus densément peuplé, que constitue le massif Agawa.

Les traditions locales paraissent corroborer l'hypothèse d'une dualité historique du peuplement kabyle. Jusque vers , la base de l'économie régionale reste une arboriculture de montagne dont l' olivier et le figuier constituent les deux piliers [ ]. Les productions céréalières sont l'apanage des quelques propriétaires de terres de fond de vallées mais, après la révolte de , celles-ci sont confisquées au profit des colons. Quant à l'élevage, principalement caprin, quelquefois ovin ou bovin, il est limité par l'exiguïté des sols disponibles pour les pâturages [ ].

Avant la conquête française, l'une des principales sources de revenus extra-agricoles est constituée par l'artisanat et en particulier la fabrication des armes , le travail du bois et le tissage. La perte de l'indépendance entraîne la fermeture des fabriques d'armes et la confiscation des forêts. Le tissage se maintient jusqu'à nos jours grâce à la demande persistante de burnous et de couvertures de laine mais a largement perdu de son importance économique.

Beaucoup d'activités artisanales ont disparu et celles qui subsistent, comme la bijouterie , apparaissent très menacées [ ]. L' émigration est l'autre grande source de revenus complémentaires de la Kabylie précoloniale.

Elle s'étend alors à toute l'Algérie et à une partie de la Tunisie, tout en conservant très généralement un caractère temporaire. À la suite de la colonisation, qui en élargit le champ à la métropole française, elle devient un phénomène massif. Les équipements de base des villages comme les routes secondaires, les écoles, les bibliothèques, la rénovation des puits, l'entretien des moyens d'irrigation et les mosquées ont souvent été financés avec les revenus de l'émigration.

Dans les pays d'accueil, les immigrés reconstituaient les assemblées de village tajmaat pour décider des projets pouvant bénéficier à la population.

Cette dynamique explique que les villages kabyles aient su résister dans une certaine mesure à l'émigration massive de leurs habitants [ ]. L'aide de la diaspora constitue toujours un facteur de dynamisme. En même temps, les fonds ainsi apportés, collectés et gérés par les assemblées villageoises accentuent l'autonomie des villages kabyles [ ].

Après l'indépendance, la région connait divers plans de développement économique. Le secteur privé, qui est alors délaissé par les politiques publiques, correspond le plus souvent à de petites unités de production, dans l'agroalimentaire ou les produits de construction, destinées au marché local ou régional [ ].

Dans les décennies suivantes, en raison de divers facteurs dévaluation de la monnaie, fragilité des structures financières, prix administrés, etc.

De la même façon, les grandes entreprises publiques, dépendantes des mesures de soutien de la demande, souffrent de la contraction de celle-ci à la suite de la dévaluation du dinar et de l'augmentation des charges d'exploitation.

Les années voient émerger un secteur privé dynamique. La création d'entreprises augmente, l'activité se diversifie vers des domaines technologiquement complexes et, fait nouveau, de grandes entreprises privées de dimension internationale se constituent [ ]. Sur le plan sectoriel, l'agroalimentaire connait dans la région un certain développement, avec la constitution d'une multitude d'unités de production de produits laitiers et de glaces, mais aussi l'implantation d'usines de grands groupes comme Cevital ou la société d'eaux minérales Ifri.

Traditionnellement prédominante, l'agriculture de montagne perd de la place au profit de l' industrie manufacturière locale, plutôt située vers les Hauts Plateaux, et de l'industrie agro-alimentaire. Par ailleurs, la Kabylie fournit une grande partie de l'eau potable aux régions fortement urbanisées qui la bordent à l'est et à l'ouest [ ].

Pourtant les limites du développement régional se traduisent par un chômage endémique important, qui frappe en particulier la jeunesse.

L' organisation sociale kabyle a connu des évolutions au cours de son histoire, tout en préservant certains de ses traits. La société pré-coloniale reposait sur un ordre lignager et sur l'imbrication les unes dans les autres de plusieurs structures sociales: Cette organisation hiérarchisée comporte des exceptions: La confédération est une structure souple, les notables des tribus confédérées se réunissant pour gérer les événements exceptionnels, comme les conflits armés.

Le rôle politique des confédérations prend fin avec la colonisation et le maillage administratif de la région. Les quelques confédérations qui subsistent, comme celle des Aït Iraten , n'ont plus de rôle d'identification sociale [ ].

Les premiers, qui détiennent un rôle politique de premier plan, le voient totalement anéanti après la révolte de L'influence religieuse des seconds, quant à elle, perdure mais se trouve amoindrie par la présence française. Les unités sociales les plus restreintes survivent mieux aux bouleversements historiques.

L'institution qui l'administre, la tajmaât assemblée villageoise dispose à la fois des pouvoirs politique, administratif et judiciaire. La tribu aussi présente des éléments de cohésion sociale forts territoire, sanctuaires, marché, solidarité en cas de guerre, etc.

Dans un premier temps, les autorités coloniales garantissent le respect du fonctionnement du village, de son assemblée et de la tribu. Cependant, au fur et à mesure des remaniements administratifs, la tajmaât perd de ses prérogatives officielles, tout en continuant parfois de les exercer officieusement. L'assemblée villageoise gère avec grande liberté les affaires locales, exerce les pouvoirs de police et jouit auprès de la population de plus d'autorité que les agents assermentés par l'administration française.

Les qanun font même l'objet d'un renouvellement, signe d'une activité réelle de l'institution [ ]. Après l'indépendance du pays, toujours en marge des structures officielles que sont les assemblées populaires communales , les tajmaât se maintiennent, avec des prérogatives érodées.

Elle mettent à contribution tous les citoyens, émigrés compris. Mais ne gérant plus que les travaux d'utilité publique voirie, eau potable… , souvent pour pallier les insuffisances des institutions officielles, ou bien des manifestations culturelles comme le sacrifice d'automne timechret , elles souffrent alors d'un certain anonymat. Le réveil identitaire berbère va leur donner un nouveau souffle et inverser la tendance historique.

Les villages kabyles possèdent tous au moins une des trois structures: Au cours des années et , le renouveau identitaire va parfois jusqu'à la restauration des tribus et de leurs conseils.

C'est le cas des Aït Djennad , Aït Bouaddou , Illoulen Ousammer , qui réglementent les cérémonies et les dépenses effectuées lors des célébrations mariages, circoncisions et retours de pèlerinage , avec des sanctions prévues. Lors du Printemps noir de , les tajmaât et les comités de village servent d'ossature à la revendication identitaire et de cadre politique à la mobilisation, se substituant aux partis politiques.

C'est dans leur cadre que s'organisent les marches, la réquisition des moyens de transport et la solidarité avec les victimes de la répression. En , le mouvement désigné comme le Mouvement citoyen des Aarchs marque aussi le retour dans la société de la tribu. Comme la langue , la société traditionnelle kabyle cherche à négocier son rapport au changement pour assurer sa pérennité [ ].

Les Kabyles font partie des Berbères Imazighen. Leur langue, le kabyle taqbaylit , parlée par la grande majorité de la population [ 49 ] , est une variété du berbère tamazight. En Grande Kabylie et dans la partie de la Petite Kabylie où le kabyle prévaut, il est la langue maternelle et quotidienne de la presque totalité de la population [ 49 ]. Là où populations kabylophones et arabophones sont en contact, un bilinguisme kabyle- arabe algérien est pratiqué de part et d'autre [ 49 ].

À Béjaïa et à Tizi Ouzou , où la population urbaine traditionnelle était majoritairement arabophone, l'exode rural qui a suivi l'indépendance a généralisé la diffusion du kabyle [ ]. Quant à l' arabe littéral , son emploi est cantonné au système d'enseignement et aux administrations de l'État central [ 49 ]. En pratique, c'est plutôt le français qui est employé pour les usages écrits ou savants et, de façon presque exclusive, dans le commerce et la publicité [ ].

Si le territoire de Grande Kabylie compte peu d'habitants de langue maternelle arabe , Basse et Petite Kabylies ont été davantage arabisées. En Basse Kabylie, l'arabisation remonte à la période ottomane. À cette époque, des terrains de la région ont été concédés à quelques familles d'origine turque ou arabe ainsi qu'à la tribu des Iamriwen , constituée d'aventuriers et de proscrits des autres tribus kabyles [ ]. En même temps que la garde et l'usage des terres de plaines, ils recevaient de leurs commanditaires un cheval avec la charge de tenir en respect les populations avoisinantes.

Toutefois, on a assisté depuis à une rekabylisation partielle de ces territoires [ ]. Si Jijel et ses environs étaient déjà arabisés, vers l'intérieur il n'y avait pas encore de rupture territoriale entre les parlers kabyle et chaoui. Aujourd'hui le Guergour est à moitié arabophone et le Ferdjioua , en totalité.

La religion majoritaire est l' islam sunnite. La région lui a fourni jusqu'à nos jours des représentants éminents, comme Abderrahmane Chibane , qui a été président des oulémas algériens [ ]. Comme dans la plus grande partie de l'Algérie, les musulmans suivent en Kabylie la doctrine malékite.

Leur pratique religieuse présente toutefois plusieurs particularités. Ainsi la fête de l' achoura appelée localement Taâchourt se voit donner une importance spéciale, qui renvoie peut-être au chiisme des Fatimides [ ].

Le mouvement des marabouts et celui des zaouïas ont aussi imprimé leur marque. Comme l'a écrit Mouloud Mammeri:. Historiquement, l'islam maraboutique s'enracine dans la tribu, structure fédérative qui a en permanence besoin de forces capables de modérer les rapports en son sein. À l'époque, la déliquescence des États centraux et les intrusions chrétiennes espagnoles en Afrique du Nord amènent à un état de confusion général parmi les musulmans.

Le mouvement maraboutique, essentiellement spirituel et mystique à l'origine, se donne alors un rôle temporel et politique, en réponse aux attentes des populations.

Cependant, contrairement à d'autres endroits du Maghreb, ce processus n'aboutit pas, en Kabylie, à la prise du contrôle politique de principautés par les marabouts. Ainsi les royaumes de Koukou et des Beni Abbès ne sont pas dirigés par des lignées maraboutiques et les tribus maraboutiques n'ont pas non plus de rôle prépondérant, sur le plan politique, dans la région.

C'est dans le domaine du fiqh , la jurisprudence, que les marabouts développent leurs compétences. Leur action modératrice complète le rôle de la tajmaât , vrai centre du pouvoir politique et lieu d'élaboration des qanuns , les lois et règlements qui s'appliquent à tous. Les zaouïas apparaissent ainsi comme une sorte de contre-pouvoir, tempérant les conflits et maintenant les équilibres sociaux [ ].

L'importance de la zaouïa dépendait de la renommée du marabout fondateur. Les familles maraboutiques disposaient en Kabylie d'un droit de protection appelé laânaya , privilège souvent utilisé comme droit de passage à travers la région. Durant la période ottomane, les marabouts ont servi d'intermédiaire entre la société kabyle et les caïdats , structures administratives mises en place par la régence d'Alger dans les villes littorales Béjaïa , Jijel … et en périphérie Boghni , Bouira … de la Kabylie, qui restait globalement hors de son contrôle.

Les caïds leur demandaient de faire passer sous laânaya protection des troupes de Béjaïa , possession de la Régence isolée par les montagnes, jusqu'à Alger.

.







Scene de sexe sexe inattendu


sexe doux le sexe kabyle